[ Pobierz całość w formacie PDF ]
.Cela expliquait ce qu'elle ressentait.quand la paresthésie se calma, Jeffrey fit avancer précautionneusement le cathéter d'un centimètre et demi.Patty ne se plaignit pas.Finalement, Jeffrey enleva l'aiguille Touhey, laissant le petit cathéter en caoutchouc en place.Puis il prépara une deuxième dose test de deux centimètres cubes de marcaÔne rachidienne 25 avec de l'adrénaline.Après avoir injecté cette seconde dose, il contrôla la tension de Patty et ses réactions épidermiques au niveau de ses extrémités inférieures.N'ayant constaté aucun changement au bout de plusieurs minutes, Jeffrey eut la certitude que le cathéter était convenablement placé.Finalement, il injecta la dose thérapeutique d'anesthésique: cinq centimètres cubes de MarcaÔne 25.Puis il boucha le cathéter.- C'est tout ce qu'il y a à faire, dit Jeffrey en posant un pansement stérile sur l'emplacement de la piq˚re.Mais je veux que vous restiez sur le côté encore un moment.- Mais je ne sens rien, rétorqua Patty.- C'est à ça que ça sert, dit Jeffrey avec un sourire.- Vous êtes s˚r que ça marche ?- Attendez votre prochaine contraction, répondit Jeffrey, confiant.Jeffrey s'entretint avec l'infirmière pour lui indiquer à quels intervalles il voulait qu'on prît la tension de Patty.Puis il l'aida à remettre en place le moniteur foetal.Il resta dans la chambre pour assister à la contraction suivante, profitant de ce temps pour rédiger avec sa minutie habituelle son rapport d'anesthésie.Patty était rassurée.Le malaise qu'elle avait ressenti s'était bien atténué, et elle en remercia Jeffrey avec effusion.Après avoir dit à Monica Carver et à l'infirmière auxiliaire o˘ il serait, Jeffrey entra dans une salle de travail vide et plongée dans l'obscurité pour s'allonger.Il se sentait mieux, mais certainement pas dans son état normal.Il ferma les yeux pour - croyait-il - quelques minutes et, apaisé par le bruit de la pluie contre les vitres, il sombra dans le sommeil en un clin d'oeil.Il eut vaguement conscience que la porte s'ouvrait et se fermait plusieurs fois tandis que diverses personnes lui jetaient un coup d'oeil, mais aucune d'elles ne le dérangea jusqu'à ce que Monica entr‚t et lui secou‚t doucement l'épaule.- Nous avons un problème, dit-elle.Jeffrey fit pivoter ses jambes par-dessus le rebord du lit et se frotta les yeux.- qu'est-ce qui ne va pas ?- Simarian a décidé de pratiquer une césarienne sur Patty Owen.- Déjà ? demanda Jeffrey.Il regarda sa montre.Il cligna plusieurs fois les yeux.La pièce semblait plus sombre qu'auparavant.Vérifiant à sa montre, il fut surpris de constater qu'il avait dormi pendant une heure et demie.- Le bébé se présente avec la tête défléchie et il n'a pas progressé, expliqua Monica.Mais le grand problème, c'est que le coeur du bébé ralentit pour revenir àla normale après chaque contraction.- Temps de faire une césarienne, acquiesça Jeffrey, en équilibre instable sur ses pieds.Il attendit un instant, le temps que dispar˚t son léger vertige.- Est-ce que vous allez bien ? s'enquit Monica.- Très bien, dit Jeffrey.(Il s'assit sur une chaise pour enfiler ses bottes de salle d'opération.) C'est prévu pour quand ?- Simarian sera ici dans une vingtaine de minutes, dit Monica en étudiant le visage de Jeffrey.- quelque chose qui ne va pas ? demanda Jeffrey.Il passa ses doigts dans ses cheveux de crainte qu'ils ne fussent dressés sur sa tête.- Vous avez l'air p‚le, dit Monica.C'est peut-être le manque de lumière.Dehors, la pluie avait redoublé.- Comment va Patty ? demanda Jeffrey en se dirigeant vers la salle de bains.- Elle est inquiète, dit Monica de la porte.Côté douleur, ça va, mais vous pourriez peut-être lui donner un tranquillisant pour qu'elle garde son calme.Jeffrey hocha la tête en allumant la lumière dans la salle de bains.Il n'était pas emballé par l'idée de donner un tranquillisant à Patty, mais vu les circonstances, il devait l'envisager.- Assurez-vous qu'elle est bien sous oxygène, dit-il àMonica.J'arrive dans une seconde.- Elle est sous oxygène, lança Monica par-dessus son épaule en quittant la pièce.Jeffrey s'examina dans la glace.Il était effectivement p‚le.Puis il remarqua autre chose.Ses pupilles étaient si rétrécies qu'elles ressemblaient à deux têtes d'épingle.Il ne les avait jamais vues ainsi [ Pobierz całość w formacie PDF ]